suspension

Rame suspendue pour tous jusqu’à nouvel ordre

suspension

Avis de tempête épidémiologique au covid-19 de force 3 (le max): suite aux annonces gouvernementales pour enrayer la contagion, le conseil d’administration d’Occitarame-Sète a décidé de suspendre la pratique de la rame traditionnelle immédiatement et jusqu’à nouvel ordre. Autrement dit l’accès aux barques est interdit à tous les membres de l’association, TOUS, sans exception. Les barques doivent rester au ponton.

Buffet Ponton

C’est pour qui ce magnifique ponton?


Et un ponton tout neuf, un! Enfin ils étaient une bonne douzaine de bricorameurs samedi 7 mars au petit matin pour faire ce qui commençait à devenir urgent de faire, changer les planches du ponton auquel sont amarrées les barques. Une douzaine d’as de la perceuse-viseuse réunis par Christian: Jean-Pierre, Yves, Guy, Pierre, René, Michel, Thierry, Christian, Jean-Paul, Bernard, et Pierre. Il n’en fallait pas moins pour abattre le boulot: enlever le plancher, installer le nouveau, percer et visser tout cela, sans oublier l’ajout de trois flotteurs sous le ponton pour lui donner une meilleure stabilité.
Bref quand l’inspecteur des travaux finis (en l’occurrence l’auteur de ces lignes) est passé faire un état des lieux, il a été épaté, et je dirai même mieux, franchement épaté. Les lattes étaient toutes en place, il ne restait plus que quelques vis à serrer, c’était quasiment fini. Résultat bluffant, chapeau bas. Les 28 m2 de planches qui ont été nécessaire à l’opération n’attendent plus qu’un coup de saturateur. Ca valait vraiment le coup de sortir 1800 euros des caisses du club.ponton
L’heure de l’apéro approchant, il ne restait plus qu’a installer le coffre en guise de table pour permettre à la compagnie rejointe par les caréneuses peintres, Cathy et Martine de se régaler avec le buffet qui avait été apporté pour le réconfort de tous par nos « jeunes » mariés Jacques et Huguette qui viennent de fêter leur nôces de diamant (et oui, 60 ans!).

Carénage "Jeanne"

Ma carène, ma carène…

Ca se bousculait vendredi après-midi pour le carénage de « Jeanne » qui une fois sortie de l’eau aux Plaisanciers a laissé apparaître des flancs certes noircis mais quasiment vierges de moules, algues et autres bizarreries sous-marines.

200306_christian barre

Quand Christian barre…

Christian à la barre prévoit souvent sinon toujours (on n’est jamais trop prudent) un arrêt au stand (et il faut dire que le nouvel appontement du quai François-Maillol est idéal pour ça). Là il a été pris sur le fait avec Stella:

200306_christian barre
arrêt au stand

Mais, après c’est du sérieux, la preuve par l’image:
christian barre
et 1, et 2, et 3, et 4… Christian barre

barques logotées

C’est marqué dessus, nom du club, nom de la barque, logo

barques logotées détourées
« Carla », Margot », « Jeanne »

Un doute sur le nom des barques ? « Carla », « Margot », « Jeanne », laquelle est laquelle ? Hé bien le doute n’est plus permis. Même avec de la peau de saucisson sur les yeux (y’en a qui parle de cataracte), impossible désormais de se tromper. Sans avoir à changer de lunettes on lit : nos célèbres bricorameurs ont posé sur les flancs de nos barques les stickers des noms et du club ainsi que le logo qui apparaissent donc en gros, très gros caractères (une police style « pochoir » pour faire authentique).

présentation défi des barjs 2020

Y-a-t’il des « barjs » à Occitarame-Sète?

On se pose la question: y-a-t’il des « barjs » à Occitarame-sète? On se la pose parce qu’il y en a du côté de Cros-de-Cagnes et de Théoule. C’est quoi un « barj ». Sans distinction de sexe ou d’âge, c’est un rameur traditionnel qui se lance dans un défi genre « Ile-Rousse-Monaco », « Rome-Monaco » ou encore « Monaco-Théoule ». Sans rire, pour une bonne cause humanitaire!
Voilà en effet ce qu’on a trouvé dans le courrier d’Occitarame-Sète, un mail de Didier Repetto qui reroutait un mail d’Eric Farinau:

———- mail transféré ———-
Envoyé: jeudi 30 janvier 2020 14:20
De : « FARINEAU Eric »
A : « didier repetto »
Objet : Défi des Barj’s Race

Bonjour Didier,
Après réflexion, j’ai décidé de lancer le Defi de Barj’s Race 2020. => tu m’as convaincu J
Le Défi aura lieu le 11 et 12 juillet avec une possibilité de reporter au 18 et 19 juillet si la météo n’était pas bonne.
La réalisation de ce Défi est conditionnée à :

  • l’obtention du budget nécessaire pour son organisation => Les sollicitations ont été adressées auprès des sponsors des précédents Défis.
  • Un nb d’équipes minimum de 6

En PJ la présentation du Défi.
Ci-dessous une proposition de mail que tu pourrais adresser à tous les clubs de rame (J’ai adressé ce jour à l’amicale San Peire toutes les infos du Défi)

Bonjour à tous,
Je viens vers vous afin de vous présenter un Défi de rame traditionnelle qu’organise Eric Farineau (rameur compétition à l’Amicale San Peire) et qui me tient à cœur.
Eric n’est pas à son premier coup d’essai puisqu’il a déjà organisé les Défis des Barj’s en juillet 2014, août 2016 et juillet 2018 qui ont permis des remises de fonds de 7 200 €, 18 000 € et 40 000 € à l’Association le Rocher du Cœur qui aide les enfants atteints de graves maladies.
J’ai le plaisir de vous annoncer l’organisation de son nouveau Défi des Barj’s Race les 11 et 12 juillet 2020.
Le But de ce Défi:

  • Toujours Humanitaire pour récolter des fonds pour l’Association Le Rocher du Coeur, afin de financer ses activités auprès des enfants gravement malades.
  • Et sportif : Relier Monaco à Théoule à la rame sous la forme d’une course entre plusieurs équipes représentant leurs clubs respectifs.

Vous trouverez en PJ tous les détails relatifs à cet évènement.
Eric Farineau est à votre disposition pour toutes demandes d’information complémentaires. Vous pouvez le joindre au 0x xx xx xx x9, e.farineau@monaco-telecom.mc
Les clubs de Théoule et de l’amicale San Peire sont très motivés pour participer à cette compétition et à aider ainsi cette association qui apporte un peu de bonheur à ces enfants.
J’espère que vous pourrez nous rejoindre dans cette aventure.

La fiche jointe

defi des barjs 2020
defi des barjs 2020
defi des barjs 2020
defi des barjs 2020
defi des barjs 2020
defi des barjs 2020
defi des barjs 2020

Pour télécharge la fiche c’est ici: Défi des Barj’s Race 2020 Clubs

Y-a-t’il des barjs?

Donc on se repose la question: y-a-t’il des « barjs » à Occitarame-Sète? Si c’est le cas, il faut qu’urgemment ces « barjs » prennent contact avec Yves pour la constitution d’un équipage (mixte) et la programmation des rudes entraînements (19 heures de rame en mer, ça use, ça use… et pas que).

Dimanche 29 mars: sélection de l’équipage pour Escale à Sète

Occitarame Sète est engagé dans le challenge de rame traditionnelle qui sera disputé pendant Escale à Sète. Les clubs peuvent engager un équipage mixte (mixte ça veut dire au moins trois femmes ou au moins deux hommes sur six rameurs) qui le matin disputera une sélection sur le tour du chapo. Les qualifiés pourront participer l’après-midi aux sprints de la finale dans le bassin de la Criée. Les courses auront lieu sur les barques de Cettarames.

C’est clair ? Alors voilà, il faut sélectionner un équipage qui pourra dignement représenter le Club lors de ces épreuves (pas question de ne pas aller en finale 😜).

Dans sa grande sagesse le conseil d’administration d’Occitarame Sète a donc décidé d’organiser dimanche 29 mars un truc sympa pour déterminer les gros bras qui auront cet honneur.

Bref d’ici au 8 mars, il faut monter avec votre barreur favori un équipage qui tienne le canal. Et bloquer le 29 mars sur votre agenda.

Ce jour là il faudra venir à bloc de bonne humeur pour subir les épreuves avec le sourire. Parce que ce sera l’occasion de se retrouver, de blaguer, de trinquer et de pique niquer (y en a même qui ne viendront que pour ça, sûr), nonobstant notre challenge interne.

Allez, on s’entraîne… Bras tendus, rames dans l’eau, attention: deux !

Galette ou royaume : Occitarame tire les rois samedi 18 janvier 2020 au Victor

C’est une tradition, Occitarame tire les rois (version chrétienne des saturnales romaines tombée dans le domaine laïc), galette ou royaume peu importe.

Donc samedi 18 janvier 2020, rameuses, rameurs, on se retrouve à partir de 16h30 au Victor, la brasserie de l’avenue de la gare à côté du Théâtre Molière, pour couronner celui où celle qui trouvera la fève.

À noter sur vos agendas avec trois 👑.

Apéro de Noël, jeudi 19 décembre sur le ponton.

Y’a des équipages qui vont faire relâche pendant les semaines de Noël et du jour de l’an. Voilà une bonne raison de se retrouver tous avant les fêtes pour un apéro de Noël sur le quai, jeudi 19 décembre à 19 HEURES (pour les amateurs de numérologie se réunir un 19 à 19h00 à la fin de l’année 2019, ça doit avoir un sens particulier).

Venez avec votre bonne humeur et un bonnet rouge. Votre barreurs vous dira s’il y a des consignes particulières. Tchin ! Bonne fin d’année à toutes et tous.

Un samedi salle Tarbouriech, unanimement réussi

Toute la matinée, samedi 30 novembre, les gentils organisateurs s’étaient affairés pour que tout soit nickel chrome au moment où allaient arriver les gentils membres d’Occitarame-Sète: des chaises en arc de cercle d’un côté pour l’AG; des tables nappées de rouge et or pour le dîner de l’autre côté scène. Bref la salle Tarbouriech du théâtre de la Mer, mise à disposition gracieusement par la mairie, était fin prête pour accueillir les rameuses et les rameurs qui allaient participer à l’assemblée générale ordinaire du club suivie du dîner annuel.
En haut de l’escalier (non, il n’y a pas d’ascenseur), dès 17h20, ça a bourdonné devant la table d’émargement (oui, on signe à l’envers…), à l’encaissement des repas (20 €! sinon rien), et la remise des t-shirts et des casquettes (et oui, on manque de L). A 18 heures, le plein (c’est-à-dire le quorum) était fait. On s’assied. Et on écoute.
Stella lit le rapport moral des co-présidents: adopté à l’unanimité.
Corinne présente le bilan financier 2018-2019: adopté à l’unanimité.
Corinne encore présente le budget de la saison 2019-2020: toujours adopté à l’unanimité.
Yves présente les trois candidats au conseil d’administration, Corinne, Bruno et Cathy: là c’est élus par acclamation.
C’est 19 heures passées de rien. On se dit qu’on va donner un coup de peigne aux statuts et au règlement intérieur, qu’il faut appliquer sérieusement les règles de sécurité, qu’on devrait encore participer aux Lectures en barque pendant les Voix vives, qu’on maintien la cotisation à 100 euros l’année prochaine…


Et hop, c’est l’heure de l’apéro (gros succès pour le punch d’Yves) et des réjouissances (Quiz, enchères…). Il faut aussi trouver le nom de la nouvelle barque de 8: qui l’emportera de Brassens ou de Varda? Le moustachu pardi! Nous irons donc au baptême de « Margot ».
Le couscous (excellent) du traiteur liquidé; le feu mis par le DJ (Sono Sud Production) éteint, restait à faire le ménage et plier les gaules. Vite fait. On était déjà dimanche. Lundi y’a rame!

le Quiz: Jean-Paul et Martine départagés au temps

Un quiz a été proposé aux membres d’Occitarame-Sète à l’occasion de l’assemblée genérale du 30 novembre. Vingt-trois personnes ont répondu dans les délais. Les meilleurs scores sur 30 points possibles, ont été réalisés par Jean-Paul Ingremeau et Martine Leclère (25 points) suivis par Yves Moxin (23 points), Thierry Ensuque(22 points), Pierre Gautheret, Magali Paikert, Roland Lopez (18 points), Jorge Cumplido, Dorothy Kovea, Véronique Tondut (17 points), Alain Sanchez, Jean Chevallier, Sylvain Couchot (16 points), Jacqueline Dauzon, Françoise Remy, Martine Maffre de Beaugé, Patricia Blancard (15 points), Dorian Gaboriau, Jacques Ludovico Claudine Francou (13 points) , Madeleine Estryn (12 points) et Michèle Ingremeau (11 points). Et le vainqueur est Jean-Paul Ingremeau qui a répondu plus vite (17h01) que Martine Leclère (19h06).
Vous n’avez pas joué? Il est encore temps en répondant aux questions ci-dessous:

Un barreur sachant barrer doit savoir…

Samedi 16 novembre, le coordonnateur des barreurs, Michel, a convoqué les barreurs pour une séance de mise à niveau in situ. A 11 heures, par un beau soleil d’automne, Yves, Martine, Annette, Stella, Dorian, Pierre, Marie-Hélène et Alain l’ont ainsi retrouvé sur le ponton pour savoir…

… faire des nœuds

Premier atelier: estrope (anneau de cordage qui tient la rame au tolet et qui empoisonne la sortie s’il est mal fait). Martine a expliqué comment on fait une petite boucle à l’extrémité d’un bout (Yves a un merveilleux petit chalumeau qui permet de faire fondre et coller les fils) puis comment on entoure la rame en-dessous du carré, au niveau du tolet, en glissant l’autre extrémité du bout dans la boucle dans un sens puis dans l’autre en laissant l’équivalent de 3 doigts de jeu (jusque là c’était pas trop compliqué, la suite a donné plus de fil à retordre si on ose écrire). Ensuite il faut amener l’extrémité libre au-dessus du carré de la rame et faire un nœud de cabestan autour du manche: par dessous, dessus, dessous… (c’est vite dit mais on s’emmêle vite les doigts, il faut un peu d’entraînement pour le faire les yeux fermés)

Ne reste plus qu’à faire deux ou trois boucles pour que ça tienne (variante à la boucle, le double nœud de pêcheur).

… armer

Deuxième atelier: placer la rame. Fixer l’estrope sur le tolet peut être un moment délicat surtout quand la barque est en mouvement. Yves rappelle donc que pour éviter que la pale soit emportée par le courant et déséquilibre le rameur, il faut impérativement la mettre à plat sur l’eau. Ensuite on saisit l’estrope d’une main et le manche de l’autre et on fait glisser l’estrope le long du tolet, rame verticale. Il vaut mieux être debout pour réaliser la manœuvre.

Lors de l’appareillage, après que les uns ont dégagé la barque du ponton, les deux puis les trois arment. Et au retour, avant l’accostage, les trois puis les deux désarment selon la méthode Pierre: on fait glisser la rame horizontalement sur le plat-bord, et on la dégage du tolet en restant assis (ça peut éviter d’assommer un collègue).

… barrer

Troisième atelier: gestion de l’équipage. Après avoir fait embarquer l’équipage banc par banc, sans qu’il y ait plus de deux personnes à la fois sur le catway, le barreur s’assure que tout le monde est bien à sa place, notamment sur le banc un.

Yves rappelle que ce sont les rameurs de ce banc qui assurent l’appareillage et que, selon le sens du courant, la manœuvre peut être délicate. Bref des rameurs aguerris sur le banc un au départ (il n’est pas interdit de changer ensuite, mais il ne faut pas négliger que les uns donnent le rythme de nage).

Pour la barque qui est côté canal, pour l’appareillage et l’accostage, le barreur rappelle les manœuvres de corde: on largue, on tire sur le bout fixé à l’extrémité du catway, le un qui passe au deux qui passe au trois au départ (et l’inverse à l’arrivée, le deux côté quai se chargeant de la ligne d’eau). Cela permet de dégager la barque du catway et aux uns de dénager. Les deux et trois côté quai peuvent alors mettre leurs rames (comme indiqué plus haut).

Et c’est parti… enfin presque: il faut encore être sûr que tous les membres de l’équipage connaissent le nom des consignes et sachent les appliquer: planter, dénager, laisser filer, à tribord (droite dans le sens de la marche), à bâbord (gauche dans le sens de la marche). Si ce n’est pas le cas, répétition générale, ça ne fait pas de mal.

La suite relève du bon sens et des circonstances: on évite de se retrouver au bout du canal de la Pointe courte avec un équipage débutant quand il y a un fort courant rentrant; on évite d’aller au cul de bœuf la nuit tombée quand les chalutiers reviennent à la Criée ou gagnent leur amarrage; on vérifie que la météo n’annonce pas une tempête…

Et tout est parfaitement parfait si les barreurs ont informé Yves (sortie journée) et Monique (sortie soirée) qu’ils font une sortie hors programme le week-end (c’est pas pour fliquer, ça permet juste d’être couvert par les assurances en cas de pépin).

…saucissonner

La convivialité n’étant pas la moindre des caractéristiques de la rame traditionnelle, cette bonne matinée s’est joyeusement conclue par un apéro où furent partagés tielles, pâtés, gâteaux, blanc et bière… Et Michel de rappeler que barrer est une belle expérience (si le cœur vous en dit, n’hésitez pas, manifestez-vous) qui assure au club sa pérennité (sans barreurs bénévoles pas de rameurs!)

Assemblée générale d’Occitarame-Sète samedi 30 novembre suivie du dîner annuel

Une assemblée générale

Les membres de Occitarame-Sète sont convoqués samedi 30 novembre 2019 à partir de 17h30, salle Tarbouriech au Théâtre de la Mer, à l’assemblée générale ordinaire statutaire de l’association afin d’examiner l’ordre du jour suivant :

  • rapport moral des co-présidents
  • bilan financier de l’exercice 2018-2019
  • présentation du projet de budget des actions de la saison 2019-2020
  • renouvellement de trois membres du CA
  • questions diverses parvenues au CA conformément aux statuts.

Les candidatures au CA et les questions diverses doivent parvenir au CA avant le 13 novembre.
Les absents peuvent donner leur pouvoir (pas plus de 2 pouvoirs par personnes) avec le bon pour pouvoir téléchargeable ici:
Bon pour pouvoir AG 30/11/2019

et un dîner

L’assemblée générale sera suivie d’un apéritif (19h30) et d’un repas préparé par un traiteur (20h00) au cours desquels :

  • seront distribués les t-shirts et les casquettes de la saison offerts par le club et les gilets commandés
  • sera choisi le nom de la nouvelle barque (en liaison avec Brassens ou Varda)
  • seront mises aux enchères les rames réformées
  • sera offert des lots aux meilleures réponses à un quiz

Un DJ assurera l’ambiance musicale.

Les t-shirts sont commandés, distribution lors de l’assemblée générale

Sur les quelque 140 membres d’Occitarame-Sète, nous avons cette saison:

  • 9% de taille S
  • 21% de taille M
  • 34% de taille L
  • 21% de taille XL
  • 14 % de taille XXL
  • et 1% de taille XXXL

(statistique gracieusement fournie par le formulaire d’inscription numérique mis à disposition des adhérents cette année )

Bref la commande a été passée sur la base de ces données (chacun devrait donc bien avoir sa bonne taille). Et la distribution aura lieu samedi 30 novembre à l’occasion de l’assemblée gnérale et du dîner (une bonne raison donc de faire acte de présence).

En avant première mondiale, voilà à quoi ressembleront ces fameux t-shirts:


A quelques minutes près, ils auraient pu ressembler à ça:

La SNSM, on aime!


La traditionnelle journée de formation et d’information des barreuses et barreurs d’Occitarame-Sète (magistralement organisée par Michel Ragazzini) a été précédé d’une sortie en mer sur le nouveau canot tous temps dernière génération de la SNSM, le « SNS 003 Amiral Leenhardt » dont les participants garderont un souvenir fort après la démonstration d’un canot de survie, d’une bouée de sauvetage auto-gonflable, les manœuvres du zodiac et le rugissement des moteurs de 1300 CV.


Pour soutenir l’action formidable des sauveteurs, la co-présidente Stella Guardiola a remis au président Michel Zambrano un chèque de 100 euros au nom d’Occitarame-Sète. Tout cela s’est fait bien sûr autour d’un copieux apéro généreusement offert par la SNSM.

Marseillaise en balade

 


Elle a débarqué à Sète le matin. Elle a visité l’île singulière dans la journée et elle a dîné dans un restaurant de la Marine. Et elle s’en retournait à son hôtel quand elle a passé le pont de la Civette. Elle a vu qu’on embarquait. Elle a demandé si on proposait des balades. Pourquoi pas ? Elle a donc vu le soleil se coucher sur l’étang et la barge qui avait transporté le nouveau pont Sadi-Carnot regagner le port. Petit moment de bonheur offert par Occitarames-Sète à une Marseillaise de passage en route pour Agde.

 ag.jpg

Il voulait le faire, et pour ses 80 ans, Roger l’a fait: il a traversé l’étang à la nage. Et on l’a accompagné

Vous savez quoi? Approchez l’oeil, je vais écrire tout petit parce qu’il faut pas que ça se sache, chuttt, pas un mot hein!
Or donc, dimanche matin, trois équipages d’Occitarame-Sète se sont donnés rendez-vous au ponton de la civette dès potron-minet à cause que c’était interdit de passer sous le nouveau pont du Tivoli et que pour rejoindre Roger au point de départ de son défi (la traversée de l’étang entre la pointe de la Plagette et les thermes de Balaruc) un remorquage par le canal de la La Peyrade avait été organisé. Longer le quai des Moulins, passer dans la buse pour sortir dans le canal de Sète au Rhône puis gagner l’étang à la hauteur de Lafarge, ça laisse imaginer la galère. Mais quand on arrive à la hauteur du remorqueur, il dit que des bateaux passent sous le pont. Qu’est-ce qu’on fait? On tente le coup pardi. Et sur la pointe de rame on s’avance, on s’avance, on longe la barge géante, on longe. Quoi? Rien, rien de rien. Les types qui travaillent dessus n’ont pas l’air stressé de nous voir là. Et on passe tranquille. Bon c’est dit, on est passé sous le pont, je poursuis en gros.


Nous voilà donc à la pointe de la Plagette. Il est tout juste 9 heures. Roger n’est pas encore là. Plutôt que de rester à se faire secouer par le clapot, on décide de s’amarrer à un ponton flottant auquel on accède depuis la Station méditerranéenne de l’environnement littoral (c’est le nom actuel de ce que les Sétois appellent la Station Zoologique) par un portail. On boit le café. Y’a des croissants et des brioches.
Au bout d’un moment une douzaine de personnes sortent de la station et passent sur le ponton. Manifestement des étudiants avec leurs profs. Pas bonjour, regards en coin. Ils trafiquent avec des trucs qu’ils prélèvent sous des petites tentes blanches. Arrive Roger suivi de sa fille. Il nous dit ce qu’il attend de nous: une barque lui donne le cap, les deux autres en flanc garde…
Quand la fille de Roger s’éloigne, elle se fait sermonner par un type. Roger tout sourire s’éclipse à son tour. Quelques minutes passent. Une rameuse se fait apostropher méchamment par un gus. Elle fume, c’est pas bon pour les poissons. Ah bon? Non d’ailleurs vous n’avez rien à fiche là, c’est privé, dégagez, et en plus il y a du courant tri-phasé… On fait remarquer que rien n’indique que l’appontement est interdit et que rien n’indique qu’il y a du courant haute tension. Et on s’éloigne en laissant les très aimables zoologistes continuer à bricoler à côté de leur très dangereux transformateur.
Roger lui a eu le temps de se préparer. Il est en combinaison. La camerawoman de France 3 est arrivée. Il y a un plongeur d’assistance sur un zodiac. La famille sur un autre zodiac et un troisième bateau à moteur. Tout le monde est prêt. C’est presque 10 heures. Roger entre dans l’eau en marche arrière, comme il se doit quand on a des palmes aux pieds.
C’est parti.
Enfin c’est parti mais c’est un peu laborieux au départ. Manifestement Roger ne voit pas les barques et le vent de travers fait dériver tout le monde. Roger doit trouver son rythme et nous le notre. Sur ma barque, je fait ramer banc après banc, pour ne pas prendre trop d’avance. Au bout d’un quart d’heure, on est en bonne formation. On avance. On avance bien. Roger demande toutefois de changer de ceinture de plomb. Et c’est reparti. Allez Roger, allez Roger… On l’encourage, il ne mollit pas ou presque pas même si le clapot l’empêche de voir correctement.
Les thermes se rapprochent. On va y être. On y est. Il faut lever les safrans pour approcher de la plage, retrousser les pantalon pour aller sur le rivage. Roger s’est redressé. Il a les bras en l’air du vainqueur. Il sort de l’eau, une bonne heure après y être entré, entre une haie de palmes. Il a réussi son défi. On l’entoure, on le félicite, on le questionne. Photos, apéro, trophée… Sacré Roger, même pas l’air fatigué. La suite au journal de France 3 à 19 heures, et dans l’édition du 3 juin de « Midi Libre ».

Faut-il préciser qu’avant de se caler dans le canapé pour se voir dans l’étrange lucarne, on a fait une halte pique-nique à Roquérol et qu’à l’arrivée au ponton (après être repassé sous le pont), il y avait des roteuses? On est dans un club de rame traditionnelle non?